Municipalité

Fermer Revue de Presse

Fermer Revue de Presse CCAL

Fermer Vivre à Fillières

Fermer Equipe Municipale

Fermer Exploitation Forestière

Fermer Travaux

Fermer Projets

Fermer Ecole

Fermer Vie Sociale et Jeunesse

Associations & Artistes

Fermer Fête de la Sorcière - Comité des Fêtes

Fermer Associations

Fermer Artistes Peintres

Revue de Presse - 2013-12


 

Noël avant l’heure pour les anciens

La distribution des paniers garnis aux anciens du village est l’occasion pour les élus de passer du temps auprès de chacun.  Photo RL

C’était un peu Noël avant l’heure pour les anciens de Fillières. En effet, comme Noël Drouet et son épouse, les seniors ont eu le plaisir d’accueillir Francis Herbays, maire de la commune, accompagné d’un de ses conseillers.

Tous deux sont venus leur offrir un colis de Noël très complet, comprenant papillotes : un bloc de foie gras, des terrines variées, de petits financiers, ainsi qu’un apéritif pour monsieur ou du nectar de mirabelle disposés dans un beau lutrin pour madame. Offert par le centre communal d’action sociale (CCAS) et la commune, ces paniers ont été spécialement confectionnés par la société Clair de Lorraine.

« Nous avons distribué 71 colis à l’occasion des fêtes de Noël , précise Francis Herbays. Des paniers garnis, à notre demande, de produits lorrains. »

Comment préparer une belle table de Noël ?

À l’approche de Noël, si vous recevez, il est temps de penser à la présentation de votre table. Voilà donc quelques conseils pour épater vos invités. Avec un « Joyeux Noël » de la part du lycée hôtelier Darche à Longwy.

Il n’y a pas de tables de Noël type mais il faut respecter quelques règles de base et choisir entre tradition et modernité.  Photo Samuel Moreau

Photo Samuel MOREAU
Dans trois jours, le réveillon arrive ainsi que les invités. Se pose alors la grande question qui hante chaque hôte du repas de Noël : comment préparer sa table pour le réveillon ?

« Il y a 20 ans, il n’y avait qu’une façon d’aborder la table », explique Estelle Pazzaglia, chef de travaux au lycée Darche. Aujourd’hui ce n’est plus le cas, la table doit avant tout être réfléchie et raconter une histoire mais il y a toujours des règles de bases à respecter.

Les couverts disposés à la française

Il faut d’abord la penser en fonction de la pièce où elle se trouve et de la vaisselle dont on dispose. « On n’est pas obligé de réinvestir chaque année on peut reprendre les mêmes pièces mais les présenter autrement. Personnellement, j’aime réutiliser des objets ayant appartenu à d’autres », avoue Estelle Pazzaglia. Ensuite, Noël étant un jour de fête, il faut se faire plaisir. La table doit être plus chargée que d’habitude, c’est à ce moment-là que l’on peut ressortir sa belle carafe à décanter et le service en argent.

Évitez par contre de sortir la poivrière et la salière qui ne servent jamais et dont les grains collent. On peut mettre à la place un petit moulin à poivre, de la fleur de sel dans un petit récipient et un beurrier avec un peu de beurre d’Échiré.

« Après, il y a plusieurs façons d’aborder la table : moderne et contemporaine », Pour une table traditionnelle, le rouge et le vert sont les deux couleurs de rigueur. Mais pour une table plus moderne, il vaut mieux partir sur quelque chose de brillant.

Pour les couverts, il est préférable de rester dans un positionnement classique, à la française, avec le côté bombé en avant. Le nombre de couverts dépend évidemment du nombre de plats. « On peut mettre l’intégralité des fourchettes et des couteaux qu’il faut disposer dans l’ordre des plats, de l’extérieur vers l’intérieur. » Il est possible d’utiliser les mêmes couverts pour deux plats sans oublier qu’il y a des couverts spécifiques. Mais on peut aussi les servir sur un plateau en même temps que le plat notamment pour les pinces à escargots qui ne sont pas du plus bel effet sur la table.

Pour les verres, pas besoin d’en faire trop. Il faut un verre à eau et un verre pour chaque vin. Ensuite, il faut normalement les mettre en grappe devant les couteaux. « Mais moi cette année, j’ai décidé de les mettre en ligne devant l’assiette. On peut mettre plus de verres (cinq contre trois en grappes) et cela permet de ne pas gêner les invités en bout de table. » Dernière chose mais qui va de soi. « La vaisselle doit être reluisante de propreté, tout doit briller. On ne doit pas voir de traces de lave-vaisselle sur les verres », rappelle Estelle Pazzaglia.

Il faut également faire attention à l’ambiance lumineuse car à Noël on veille tard. Il faut éviter les bougies ça dérange les convives. Le mieux est encore de poser un chandelier à l’accueil des invités puis de l’enlever ou d’utiliser des chauffe-plats qui flottent dans des verrines.

Dernier conseil : préparer sa table veille pour anticiper ce dont on a besoin et se concentrer sur la cuisine le jour J.

« De toute façon, si vous avez passé du temps sur votre table elle sera forcément belle » , conclut Estelle Pazzaglia.

Jérémie Nade.

Extension pour FVM Technologie

Différents points étaient à l’ordre du jour des élus de la commune. Parmi eux, la demande d’extension de la société FVM Technologie a été approuvée.

 Nomination des délégués à la CCAL : la commune doit être représentée par deux délégués à la Communauté de communes de l’agglomération de Longwy. Francis Herbays et Anne-Marie Gobert, à la majorité absolue, ont été proclamés délégués. Ils siègent à compter du 1er janvier 2014 jusqu’à l’issue de leur mandat en 2014.

• Retrait du Syndicat mixte de traitement des ordures ménagères (SMTOM) : à partir du 1er janvier, les compétences collecte et traitement des ordures ménagères seront transférées à la Communauté de communes de l’agglomération de Longwy. L’assemblée a voté le retrait du SMTOM de Villers-la-Montagne, afin d’y être intégré à nouveau avec la CCAL.

• Droit de préemption urbain : les membres décident de ne pas préempter la vente du bien cadastré parcelle A190.

• Délégation pour droit de préemption : l’assemblée décide pour la durée du présent mandat, de confier au maire les délégations suivantes : d’exercer, au nom de la commune, les droits de préemption définis par le code de l’urbanisme, que la commune en soit titulaire ou délégataire.

• Modification du temps de travail de l’adjoint technique de 2e classe : compte tenu de l’accroissement de la population et de la superficie des espaces verts, il convient de modifier la durée hebdomadaire de service de l’adjoint technique de 2e classe. Son temps de travail sera de 32 heures par semaine à partir du 1er janvier.

• Programme de coupes – 2014 : le conseil municipal, accepte le programme de marquage des coupes pour les parcelles pour l’année 2014 de la façon suivante : vente de bois façonnés pour les parcelles 34-35-36-37 ; vente en bloc sur pied pour les parcelles 1-5-6-7i.

• Location de salle espace communal et culturel, à La Fricadelle de Fillières : les membres fixent le prix de location de la grande salle, cuisine et sanitaires à la Fricadelle de Fillières à : une journée en semaine du mardi au jeudi : 40 € ; un week-end : 80 € ; frais d’électricité en sus (0.15 par KWh).

• Renouvellement du contrat Chrétien : le conseil municipal, autorise le maire à signer le contrat avec la société Chrétien pour une durée de 3 ans à compter du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2016 pour le contrat de maintenance des cloches de l’église.

• Entrées et sorties du Syndicat Départemental d’Assainissement Autonome (SDAA) : l’assemblée décide d’accepter les demandes d’entrée dans le SDAA 54 de : Beuvillers, Vacqueville, Veney ; communauté de communes du pays du Saintois pour son nouveau périmètre à savoir les 55 communes qui la compose ; les demandes de sortie dans le SDAA 54 de : Haussonville, Puxieux ; Communauté de communes du pays du Saintois pour son ancien périmètre.

• Adhésion de la commune de Talange au Sivu : le conseil municipal, accepte l’adhésion de la commune de Talange au Sivu fourrière du Jolibois.

• Régularisation administrative et autorisation d’extension présentée par la société FVM : les membres émettent un avis favorable à la requête de la société FVM technologie.

Rendez-vous lucratif pour les petits créatifs

Fabriquées par les élèves du regroupement pédagogique,  ces jolies boules de Noël ont séduit les visiteurs.  Photo RL
Par le biais de leur marché de Noël, les élèves du regroupement pédagogique de Fillières/Ville-au-Montois ont démontré qu’ils avaient du talent ! Que ce soit pour la décoration de la table, de la maison ou du sapin, les objets confectionnés par les enfants ont séduit les visiteurs. Boucles d’oreilles, bracelets boules de Noël, boîtes à bijoux ou à mouchoirs, miroirs, chaussettes transformées en petits personnages sympathiques ont vite changé de mains.

Saint Nicolas c’est pas du cinéma

Photo RL

Le son cristallin d’une clochette a surpris les enfants de Fillières invités à une séance de cinéma par le comité des fêtes.

Attentifs, les enfants ont attendu en silence l’arrivée de ce visiteur inattendu : à savoir saint Nicolas et son panier rempli de friandises. Des enfants sages comme des images qui, impressionnés par le personnage, n’ont pas manqué de lui confier leurs petits secrets.

Sain(t)s échanges à Ville-au-Montois

Photo RL

Les enfants du regroupement pédagogique de Ville- au-Montois et Fillières ont reçu saint Nicolas, du côté de la maternelle.

Ensemble, les écoliers et leur patron ont procédé à quelques échanges… Les petits ont ainsi remis des dessins à l’évêque de Myre.

En retour, les minots ont récolté des livres

et des friandises. Une "bonne" transaction en somme.
 M.René Mansuy

Nous avons appris le décès de M. René Mansuy, survenu à Moyeuvre le dimanche 15 décembre, à l’âge de 68 ans. Artisan retraité, le défunt était né le 1er avril 1945 à Villerupt. Il avait pris pour épouse Brigitte Aubertin le 12 novembre 1988 à Fillières. Le couple avait élevé Eric, domicilié au Luxembourg, Claudine, établie en Allemagne, et Cendrine, installée à Fontoy. Trois petits-enfants, Quentin, Alexandrine, et Chloé, étaient venus compléter le bonheur du foyer.

Fervent bricoleur, passionné par les chevaux, M. Mansuy attachait beaucoup d’importance à la vie familiale et à son entourage d’amis. Il repose à la chambre funéraire de Cantebonne. Ses obsèques civiles s’y dérouleront mardi 17 décembre, à 14h30. L’inhumation au cimetière de Fillières suivra.

Nos condoléances à la famille.

Tout nouveau… tout haut !

Photo Étienne JAMINET

Tout nouveau, tout chaud, le guide de l’Office de tourisme du Pays de Longwy version 2014 est arrivé ! Dès le week-end dernier, le précieux document de 39 pages a été distribué à l’occasion du Marché aux émaux de Noël, à Utopolis Longwy. Seul souci, si le fascicule s’intitule bien Tourisme au Pays de Longwy , de prime abord il semble plutôt s’intéresser au "pays de Longwy-Haut"…

En effet, sur sa couverture, seuls des clichés de la cité haute, de sa place Darche et de la Porte de France apparaissent. Berceau des émaux et nid des monuments art déco de la ville centre, Longwy-Bas semble avoir été oublié. Que les amoureux de faïences se rassurent, leurs objets de prédilection sont bien évoqués à l’intérieur du guide. Tout comme les curiosités visibles à Cons-la-Grandville, Cutry, Fillières, Hussigny, Longlaville, Mont-Saint-Martin Thil, Saulnes, au Luxembourg, etc.

Fillières, Tiercelet et Villers-la-Montagne vont intégrer la Communauté de communes de ...

Fillières, Tiercelet et Villers-la-Montagne vont intégrer la Communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL) au 1er janvier 2014.

Les élus de ces trois communes rurales ne sont pas dans le même esprit. Si Fillières attend depuis longtemps de rejoindre l’intercommunalité il n’en est pas de même pour Villers-la-Montagne, qui a toujours freiné des quatre fers avant de se voir obligée d’intégrer la CCAL. Quant à Tiercelet, l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous non plus.

Rencontre avec les trois maires et présentations des principaux changements qui vont venir bousculer quelques habitudes pour les habitants de ces villages. Taxes et ordures ménagères sortent du lot.

CCAL, opération positive

Au 1er janvier 2014, plus question pour une commune de rester isolée, elle doit intégrer un EPCI (Etablissement public de coopération intercommunale). Fillières, Tiercelet et Villers-la-Montagne vont devoir rejoindre les rangs de la Communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL), qui passera de 18 à 21 communes pour plus de 55 000 habitants. Les habitants des communes vont s’en rendre compte assez rapidement avec deux points essentiels, même si ça ne va pas révolutionner leur quotidien : dans un premier temps, le ramassage et le traitement des ordures ménagères va connaître quelques bouleversements sur le terrain mais aussi fiscalement. Autre point important, la colonne qui va se remplir sur les feuilles d’imposition locales avec la fiscalité additionnelle, même si les élus ont déjà commencé à réfléchir au sein de leur conseil municipal pour éviter une hausse des impôts. (Lire ci-dessous)

CCAL, opération positive

Pour la CCAL, l’opération est positive, notamment avec l’arrivée de Villers-la-Montagne et de sa zone industrielle. Le complément de cotisation sur la valeur ajoutée (CVAE, fiscalité locale sur les professionnels) est estimé à 418 938 €, le seul montant de CVAE pour la commune de Villers-la-Montagne étant supérieur à celui de la CCAL et donc des 18 communes réunies (plus de 395 000 €, par rapport à 323 136 € pour la CCAL actuellement).

A la CCAL, on a également déjà calculé, qu’avec les taux actuels pour les trois impositions qui touchent les particuliers (taxe d’habitation (TH), taxe foncier bâti (TFB), taxe foncier non bâti (TFNB)), le produit supplémentaire sera de 413 588 € pour la TH, 314 887 € pour la TFB et 18 065 € pour la TFNB. Une fiscalité additionnelle qui fait dire aux élus de Villers-la-Montagne et Fillières qu’il faudra que les communes baissent leurs taxes pour que les habitants ne se retrouvent pas avec des impôts exponentiels. A la CCAL, les taux sont les suivants : 8,19 % pour la TH, 6,58 % pour le FB et 10,46 pour le FNB.

Du côté des ordures ménagères, la taxe à la CCAL étant à 5,29 %, le taux va diminuer pour chaque commune (Lire ci-dessous). De son côté, le budget ordures ménagères de l’intercommunalité sera touché négativement alors qu’en 2014, la TVA va augmenter (passant de 7 à 10 %), tout comme la TGAP (taxe générale sur les activités polluantes).

La CCAL ne se résume pas à des taxes en plus, même si pour certains élus ça y ressemble, elle assume des compétences les ordures ménagères, le développement économique, l’aménagement de l’espace et de l’urbanisme, de la lutte contre l’incendie, une médiathèque intercommunale… D’autres compétences devraient venir, en particulier celle concernant les piscines en 2015. Sans oublier que beaucoup misent sur le passage d’une communauté de communes à une communauté d’agglomération qui repose sur le passage du seuil des 15 000 habitants pour la ville centre Longwy. Un changement qui entraînerait d’autres obligations de compétences pour cette intercommunalité comme le transport, l’eau, l’assainissement… de quoi rendre la CCAL un peu plus attrayante pour certains.

Aller vers la stabilité fiscale 

Françis Herbays : « Ce n’est pas une somme de projets communaux qui ont un projet intercommunal. Il faut une dynamique territoriale ».  Photo Etienne JAMINET

Fillières c’est une population estimée à 514 habitants. 40 % de travailleurs frontaliers (Belgique et luxembourg).

Francis Herbays est maire de ce village depuis 2001. Dès le début de son mandat, l’intercommunalité est à l’ordre du jour. Car pour l’élu, « l’intérêt d’être dans une communauté de communes est de mener une réflexion sur un projet de territoire ». Mais alors, la CCAL n’est pas la première des solutions envisagées, d’autres hypothèses sont envisagées (tournées vers Villerupt, ou la CC2R ou encore Audun-le-Roman).

Finalement, en 2007, le conseil municipal, à la majorité, demande l’intégration à la CCAL. Mais en novembre 2007 la proposition est rejetée par le conseil communautaire de la CCAL… les élections municipales approchaient. En 2009, le nouveau conseil municipal demande une nouvelle fois son intégration, cette fois à l’unanimité. Mais, ce ne sera pas mis à l’ordre du jour de la CCAL. Il faudra donc attendre la loi de décembre 2010 et la proposition d’étendre le périmètre de la CCAL aux trois communes avec mise en œuvre au 1er janvier 2014.

Le principal changement pour les Fagnats concernera les ordures ménagères : avec plus particulièrement la baisse de la taxe (de 13,55 % à 5,29 %). Concernant les autres taxes, et compte tenu du transfert de compétences à la CCAL, « nous souhaitons aller vers la neutralité fiscale, en diminuant une partie des taux communaux, sans limiter la capacité d’autofinancement », précise le maire, qui souhaite débattre du sujet au premier trimestre 2014. Le produit des éoliennes situées sur le ban de la commune reste lui dans le budget communal.

À propos de l’aménagement, de l’urbanisme, le maire de Fillières compte sur les compétences de la CCAL pour accompagner à la création de commerces de proximité en milieu rural, pour favoriser l’implantation. Il évoque également les opérations programmées d’amélioration de l’habitat (OPAH) en cours de discussion à la CCAL pour les projets de ravalement de façade. « L’intercommunalité doit permettre aux communes de mener à bien des projets qu’elle ne pourrait pas réaliser seule (entrée de village, place, sentier découverte…) », estime Francis Herbays.

Déguster le fruit au verre

Patrick Letscher et Jean-Pierre Munier sont distillateurs ambulants. De novembre à décembre, ils accueilleront les particuliers à la distillerie de Murville, et partageront avec eux leur passion pour cet art. Patrick Letscher et Jean-Pierre Munier sont distillateurs ambulants. De novembre à décembre, ils vous accueilleront à la distillerie de Murville, et partageront avec vous leur passion pour cet art.

Jean-Pierre Munier et Patrick Letscher mettent leur passion et leur savoir-faire au service des habitants.  Photos RL
Après une seconde distillation, l’eau-de-vie est limpide et pure.

Depuis deux semaines, la distillerie de Murville a repris son activité saisonnière. Dès six heures du matin, Patrick Letscher et Jean-Pierre Munier sont à pied d’œuvre pour exercer leur art. Distillateurs ambulants en hiver, agriculteurs céréaliers à Fillières en été, ils ont repris l’activité de Serge Boisteaux depuis 2007. « C’est une bonne année pour les fruits, et nous serons là au moins jusque début décembre. » L’accueil est chaleureux, et les deux compères expliquent avec passion leur technique de distillation.

Le sourire, la qualité et le service clients

Jean-Pierre et Patrick s’occupent de tout. La première chose à faire, est de passer les voir à la distillerie pour s’inscrire et obtenir un bon de transport. Ils n’hésiteront pas à passer chercher les fruits à domicile si certains particuliers ont des difficultés pour les ramener. C’est eux qui s’occupent de toutes les formalités douanières. Le jour "J", il suffit d’apporter la matière, la distillation se fait le lendemain, et l’eau-de-vie est prête vers 19h. « Nous distillons principa lement de la mirabelle, mais aussi de la quetsche ou de la poire », explique Jean-Pierre. « Nous faisons ce qu’on appelle une distillation en deux passes. »

Deux passes sinon rien

Dans un premier temps, les fruits fermentés sont déversés dans un alambic en cuivre. « Il n’y a aucun mélange entre les fruits des clients, nous acceptons même des petites quantités à partir de 40 kilos, chacun repart avec l’eau-de-vie issue de ses propres fruits », explique Patrick. Pour un fût de 100 litres, il faut compter entre 1h30 et 2h30 de cuisson au bain-marie. Les vapeurs qui se dégagent de cette cuisson vont passer dans un serpentin d’eau glacée, et vont se condenser pour former un brouillis, ou flegmes. Ces derniers sont ensuite distillés une seconde fois, dans un petit alambic, en feu direct. C’est ensuite que tout le savoir-faire des distillateurs intervient, et qu’ils vont ramener l’eau-de-vie à la teneur en alcool désirée par le client, au degré prés.

Le rendement en eau-de-vie des fruits varie d’une année à l’autre, suivant leur état de maturité, leur richesse en sucre, et les conditions dans lesquelles la fermentation s’est opérée. Le rendement moyen en eau-de-vie à 52° est approximativement d’une douzaine de litres pour 100 kilos de mirabelles.

L’atelier est ouvert de 6h à 19h, Toujours de bonne humeur, Jean-Pierre et Patrick accueillent les clients avec le sourire, et grâce à leur savoir-faire, il est possible de retrouver la saveur des fruits dans un verre. Pour terminer de manière savoureuse les repas de fête.

 


Date de création : 09/12/2013 @ 18:25
Dernière modification : 05/12/2014 @ 17:49
Catégorie : Revue de Presse
Page lue 2621 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Images au hasard...

Saint Nicolas

Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
© Skin - Création VracInfo  W3C CSS  Skin adaptation v4.6 - charli77 Skins
^ Haut ^