Municipalité

Fermer Revue de Presse

Fermer Revue de Presse CCAL

Fermer Vivre à Fillières

Fermer Equipe Municipale

Fermer Exploitation Forestière

Fermer Travaux

Fermer Projets

Fermer Ecole

Fermer Vie Sociale et Jeunesse

Associations & Artistes

Fermer Fête de la Sorcière - Comité des Fêtes

Fermer Associations

Fermer Artistes Peintres

Revue de Presse CCAL - 2016-12


 

Bassin de Longwy : collecte et tri des textiles, 45 nouvelles bornes sur le territoire

sur-le-territoire-de-la-ccal-les-textiles-sont-dorenavant-collectes-par-l-operateur-tri-d-union-emmaus-partenaire-du-relais-45-nouvelles-bornes-ont-remplace-celles-de-l-ancien-prestataire-photo-rene-bych-1482683435.jpg

Souvent donnés dans le cadre familial ou amical, les vêtements, chaussures et articles de maroquinerie ont aujourd’hui leur propre filière de valorisation.

L’éco-organisme Eco TLC, agréé par les pouvoirs publics, organise la collecte et la valorisation des textiles et fait valoir le principe de la Responsabilité élargie des producteurs (lire par ailleurs).

Dans le cadre de son Programme local de prévention des déchets visant à réduire les déchets à la source et promouvoir le détournement des textiles du flux d’ordures ménagères, la communauté de communes de l’agglomération de Longwy a déployé 45 colonnes sur son territoire et a initié une collecte en apport volontaire, appréciée des usagers.

Soucieuse d’apporter un service de qualité aux usagers, et au regard des nuisances ponctuelles liées au débordement des colonnes d’apport volontaire, la CCAL a décidé de remplacer le prestataire actuel. Cette transition, qui vient d’avoir lieu, n’engendre pas de modification des consignes et n’impacte pas le maillage existant. Les textiles sont dorénavant collectés par l’opérateur Tri d’union Emmaüs, partenaire du Relais.

Sous l’appellation TLC (textiles d’habillement, linge de maison et chaussures) sont regroupés et peuvent être triés : le linge de maison ou d’ameublement (draps, couvertures, nappes, rideaux), les vêtements, les chaussures, les articles de maroquinerie (ceintures, sacs…). Une fois collectés, tous ces articles sont triés pour être orientés vers différentes filières.

La réutilisation est le principal débouché des TLC collectés : il représente 61 % des tonnes triées en France et hors France (centres de tri européens). Ces tonnes triées sont revendues sur le marché français (10 %) et le marché international de la friperie (13 % en Europe et 77 % à l’international). 20 % des textiles servent à l’essuyage industriel produisant des chiffons ; 10 % sont utilisés en isolation (mêlés à du bois et du coton) ; 8 % sont destinés à l’effilochage. Cette technique permet de fabriquer de nouvelles fibres, utilisées, par exemple, pour le rembourrage de coussins.

Créatrice d’emplois, cette filière permet aussi de prolonger la durée de vie de produits et d’assurer une issue vertueuse en lieu et place d’un simple abandon.
 

117

C’est, en tonnes, le poids total des textiles collectés en 2015 par la CCAL
grâce à l’apport volontaire dans l’une des 45 bornes installées sur le territoire.
6,12 tonnes ont été concernées par une filière REP et prises en charge par l’organisme EcoTLC. La filière REP est un
principe qui découle de celui du pollueur-payeur. Les fabricants,
importateurs ou distributeurs doivent prendre en charge, notamment
financièrement, la collecte sélective puis le recyclage ou le traitement des déchets issus de leurs produits.
En France, 600 000 tonnes de TLC (textiles
d’habillement, linge de maison et chaussures) sont mises sur le marché chaque année.
En 2013, 2,5 kg faisaient l’objet d’une collecte
séparée. L’objectif national est d’atteindre 5 kg par habitant et par an d’ici 2019.

 

Centre aquatique : l’idée d’une fosse de plongée

Lundi soir, le futur centre aquatique a refait surface dans les échanges des délégués de la com’com de l’agglomération de Longwy (CCAL). Ceux-ci devaient valider le lancement d’un marché public de performance. C’est-à-dire « une procédure concurrentielle avec négociation, lors de laquelle trois candidats seront retenus pour présenter un avant-projet sommaire », décrypte le vice-président, Jean Huard.

Mais plusieurs élus se sont étonnés de ne pas voir figurer certains aménagements optionnels dans le dossier. Comme Gérard Didelot, maire de Herserange : « Mon idée de valoriser le bassin par une fosse de plongée n’a pas été retenue. Et c’est le seul élément qui ne l’a pas été, alors qu’il aurait donné un rayonnement nettement supérieur. » Le surcoût évalué par le premier magistrat herserangeois serait « d’environ 800 000 € » pour un projet estimé à 15 millions d’euros. Respectivement maire de Cosnes-et-Romain et Mont-Saint-Martin, Cédric Aceti et Serge De Carli trouvent également l’idée « intéressante ».

Seulement jusqu’à aujourd’hui, le président Christian Ariès n’a pas été convaincu de son intérêt : « Nous avons sollicité les associations concernées. Pour l’heure, nous n’avons pas suffisamment d’éléments. Et on ne peut pas changer le programme tel qu’il est proposé ce soir. » Le chef de file de la CCAL a néanmoins accepté de relancer le débat lors d’une séance à venir, fin janvier, en attendant d’éventuelles réactions associatives. A bon entendeur…

 

Fêtes « éco-responsables » dans le bassin de Longwy : les conseils de la CCAL

La Communauté de communes de l’agglomération de Longwy milite pour la réduction des déchets à la source. Et surtout pour la période festive durant laquelle la consommation des ménages est forte. La CCAL demande donc à tous d’adopter des gestes « éco-responsables ». Cela passe notamment par le recyclage du sapin de Noël qui ne doit pas finir sur la voie publique…

apporter-son-sapin-a-la-dechetterie-ou-il-sera-transforme-en-compost-voila-un-geste-eco-responsable-photo-archives-rl-rene-bych-1481733882.jpg

Dans le cadre de son Programme local de prévention des déchets, la communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL) se mobilise pour la réduction des déchets à la source. En cette période de fêtes qui s’annonce, la consommation des ménages est forte et leur production en déchets ménagers et assimilés augmente.

La CCAL milite donc pour des fêtes éco-responsables.

Géraldine Sérot-Commito, responsable du Pôle Environnement à l’intercommunalité, donne quelques bons gestes et idées à adopter et à partager.

Luttez contre le gaspillage alimentaire

« Il représente en moyenne 20 kg par an et par foyer. Établissez une liste de courses en fonction du nombre de vos convives à Noël et au Nouvel an. Optez pour des légumes et fruits frais et en vrac et utilisez des produits issus du commerce équitable (chocolat…). Renseignez-vous sur leur éventuelle provenance tout en privilégiant les circuits courts.

À la fin du repas, partagez les restes avec vos invités, ou conservez-les pour les accommoder le lendemain. Enfin, privilégiez l’eau du robinet, jusqu’à cent fois moins chère que l’eau en bouteille. »

Optez pour les cadeaux dématérialisés

« Pour limiter les cartons volumineux et l’utilisation de papier cadeau à outrance, vous pouvez offrir un cadeau qui joint l’utile à l’agréable : il y a sûrement des stages qui correspondent aux attentes de vos proches (cours de cuisine, bricolage…), à ceux qui aiment sortir (places de cinéma, entrées à un concert ou à un événement sportif, à un musée…) et à ceux qui aiment l’originalité (un baptême de l’air, un livre à télécharger…). Il est vrai que c’est plus facile à dire qu’à faire ! Mais vous pouvez toutefois y penser pour vos cadeaux destinés aux adultes. »

Le don

« Avant de jeter, offrez une seconde vie à vos objets usagés. N’hésitez pas à vous rapprocher des associations très actives en cette période propice à la solidarité. »

Le tri spécifique

« Les cartons volumineux, les sapins de Noël sont à déposer en déchetterie. Pour vos publicités, privilégiez les bornes à papier. Les bouteilles en verre sont à déposer dans les conteneurs dédiés. Dans le cas où vous faites l’acquisition d’un nouvel appareil électroménager, le vendeur est tenu de reprendre votre ancien appareil. C’est la reprise dite le "un pour un" justifiant d’une écotaxe sur l’appareil nouvellement acheté. Enfin, le papier cadeau doit être trié dans les conteneurs à papier ou dans les sacs transparents, à condition qu’ils ne soient pas plastifiés. »

Les encombrants

La communauté de communes a mis en place une collecte d’objets encombrants, notamment des gros appareils électroménagers. « Avec ce système, sur simple appel téléphonique, on arrive à récolter 2 à 3 tonnes par mois. En 2015, par exemple, on a collecté 326 tonnes, dont 24 de déchets d’équipements électriques et électroniques, qui ont fini à la déchetterie pour suivre la filière de valorisation. Pour l’enlèvement, il suffit de prendre rendez-vous au 0 800 003 941 (numéro vert). »

 

Le bon choix du sapin

le-choix-du-sapin-doit-etre-un-investissement-durable-et-non-ephemere-photo-archives-rl-rene-bych-1481733871.jpg

« Chaque année, des centaines de sapins échouent sur les trottoirs, une semaine ou deux après Noël. Or, le choix du sapin doit être un choix réfléchi et un investissement durable et non éphémère » , insiste Géraldine Sérot-Commito, responsable du Pôle Environnement de la CCAL. « Deux alternatives s’offrent à vous. Si vous optez pour un sapin naturel, privilégiez un sapin à replanter dans votre jardin (si vous l’avez acheté en pot). Si ce n’est pas le cas, vous pouvez ensuite vous en servir comme bois de chauffage, ou l’apporter à la déchetterie. Il sera transformé en compost.

Si vous optez pour un sapin artificiel, privilégiez un modèle de qualité plus résistant et optez pour un modèle adapté à l’usage (le bon dimensionnement). Renseignez-vous aussi sur la provenance et les conditions de fabrication. »


Les habitants de Lexy crient leur colère

La communauté de communes de l’agglomération de Longwy a été sévèrement huée par les habitants de Lexy. En cause, un vote sur l’assainissement.

les-habitants-de-lexy-ont-promis-de-revenir-crier-leur-colere-lors-de-la-prochaine-seance-photo-rene-bych-1481776976.jpg

«Cette démocratie est morte. Vous êtes socialistes, et comme votre gouvernement, vous n’écoutez plus les citoyens. » 150 habitants déterminés de Lexy ont pénétré hier soir dans la salle où se tenait la réunion de communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL) qui les concernait. Et après plusieurs suspensions de séance, l’évacuation et le huis clos demandés en vain, des cris et des insultes, le report a été décidé. Sauf que le vote sur l’assainissement avait été entériné, au grand dam du public. « En clair, on abandonne notre gestion municipale, qui nous permettait une redevance de 1,40 €/m³ HT, pour une gestion intercommunale, via une société privée, qui nous fait passer à 1,63 €. C’est n’importe quoi. On mutualise pour payer plus ! Il y a de plus en plus de précaires et de pauvres dans la commune comme ailleurs, et vous les méprisez », lançait Gérard Allieri, le maire de Lexy, qui avait appelé sous forme de tract à cette manifestation.

Christian Ariès, le président de la CCAL, sous les huées de la foule, a tout de même proposé une réunion publique sur le sujet. « Elle ne servira à rien, la décision a déjà été prise ! Vous vous foutez de notre gueule ! », lui a répondu le public. Les arguments du président, censés prouver les économies globales réalisées par les Léxéens, n’ont eu aucune chance d’être entendus.

 

« Le retour à un véritable esprit du volontariat »

Les sapeurs-pompiers de Longwy ont fêté leur patronne sainte Barbe samedi. L’occasion de remercier ces hommes et ces femmes, professionnels ou volontaires, qui s’engagent au service des autres.

le-centre-de-secours-de-longwy-compte-a-ce-jour-48-sapeurs-pompiers-professionnels-et-80-volontaires-qui-assurent-les-gardes-casernees-et-les-astreintes-a-domicile-photos-samuel-moreau-1481479961.jpg

D epuis 2014, l’astreinte à domicile est obligatoire pour les sapeurs-pompiers volontaires de Longwy. Le retour à un véritable esprit du volontariat est nécessaire. Cette activité permet à la population de disposer d’un nombre de sapeurs-spompiers beaucoup plus important, principalement les nuits et les week-ends. »

Samedi soir, le centre de secours principal (CSP) de Longwy a fêté sa patronne, sainte Barbe. L’occasion pour le commandant Murielle Merens de faire un point sur le fonctionnement de la caserne, qui compte 48 sapeurs-pompiers professionnels et 80 volontaires. Chaque nuit, 25 personnels sont disponibles. Et, le CSP peut compter sur l’équipe bénévole des anciens. Les sept hommes ont réalisé « 80 heures d’activité pour assurer la logistique en intervention, convoyer des véhicules à Ludres et conduire de jeunes recrues sans permis en stage ».

Les jeunes répondent aussi à l’appel. « L es animateurs JSP et le caporal Grabowski ont encadré durant les quatre dernières années un groupe de 15 jeunes. Au 1er janvier, ils seront affectés dans les centres de Villerupt, Pierrepont et Longwy comme volontaires », a apprécié Murielle Merens.

« Nous allons, d’ici la fin de l’année atteindre, les 4 300 interventions », a précisé la chef de centre. Sur la Meurthe-et-Moselle, c’est le nombre de 46 000 sorties qui va être dépassé a précisé le colonel Jean-Jacques Horb. Soit une croissance de 2 % depuis cinq ans, chaque année… avec « une prédominance pour les secours à personne ».

« L’outil opérationnel va être amélioré, avec de nouveaux récepteurs d’alerte, pour mieux gérer la disponibilité et les astreintes », a expliqué le gradé. Les terminaux individuels d’appel sélectif « doivent avant tout faciliter la déclaration de disponibilité des volontaires et retrouver l’esprit du sapeur-pompier qui a toujours le bip à la ceinture », a expliqué le commandant Merens.

Un budget en hausse

De plus, en 2017, le budget personnel du Sdis 54 (Service départemental d’incendie et de secours de Meurthe-et-Moselle) va augmenter « pour encourager à prendre l’astreinte », a souligné le colonel Horb.

Côté finances, Christian Ariès, conseiller départemental et président de la communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL), a insisté sur l’effort du Département qui va consacrer 20,9M € au Sdis en 2017. Soit une augmentation de 5 % par rapport à 2016. D’ailleurs le SDIS a inscrit la somme de 1,8 M€, pour « une autorisation de programme de travaux à la caserne de Villerupt ». La CCAL consacre, elle, 2 M€ au centre de secours.

 
Bassin de Longwy : une tonne de jouets collectée par la CCAL pour Emmaüs

À l’occasion de la semaine de la réduction des déchets et à l’approche de Noël, la CCAL s’est associée à Eco-systèmes pour organiser une grande collecte de jouets d’occasion. Une tonne a été offerte à Emmaüs.

plus-d-une-tonne-de-jeux-et-jouets-ramasses-dans-les-ecoles-puis-stockes-sur-la-zac-de-mexy-par-stephanie-et-adrien-du-pole-environ-nement-de-la-ccal-a-ete-recuperee-par-la-communaute-emmaus-de-peltre-photos-samuel-.jpg

La communauté de communes de l’agglomération de Longwy s’est associée à l’éco-organisme Eco-systèmes pour organiser une grande collecte de jouets d’occasion dans le cadre de la campagne nationale Laisse parler ton cœur ( lire RL du 17 novembre ).

Mercredi, plus d’une tonne de jeux et jouets, ramassés puis stockés à la ZAC de Mexy par Stéphanie et Adrien, du Pôle environnement de la CCAL, a été récupérée par la communauté Emmaüs de Peltre, près de Metz, qui avait dépêché deux camions. « Cette action a pour objectif de sensibiliser au don et au réemploi. Donner un jouet inutilisé plutôt que de le jeter prolonge sa durée de vie, participe à la réduction des déchets et permet de faire un joli geste solidaire à l’approche de Noël » , détaille Géraldine Serot-Commito, responsable du Pôle environnement à la CCAL.

Sur la base du volontariat, la communauté de communes a proposé aux écoles maternelles et élémentaires de son territoire d’accueillir un point de collecte, du 21 au 25 novembre. Les écoles primaires Paul-Mansard de Longwy, Jean-de-La-Fontaine de Cosnes-et-Romain, école primaire de Fillières, Jean-Macé de Lexy, Rehon-Centre de Rehon, les écoles maternelles Victor-Hugo de Cosnes-et-Romain, Joliot-Curie de Saulnes, l’école maternelle de Lexy ainsi que les maternelle et primaire des Récollets à Longwy et le groupe scolaire George-Sand de Morfontaine ont joué le jeu. Des hottes, fournies par Eco-systèmes, ont été installées dans les points de collecte. « Les gens ont déposé de tout et pour tous les âges » , indique Stéphanie. Jeux de société, peluches, vélos, jouets électriques vont faire des heureux. Les jouets électriques ou électroniques non réemployables seront par la suite recyclés par Eco-systèmes.

Jeux de société, peluches, vélos, jouets électriques vont faire des heureux.
 

Date de création : 27/12/2016 @ 10:34
Dernière modification : 27/12/2016 @ 11:00
Catégorie : Revue de Presse CCAL
Page lue 388 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Images au hasard...

Fillières et environs sous la neige

Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
© Skin - Création VracInfo  W3C CSS  Skin adaptation v4.6 - charli77 Skins
^ Haut ^