Municipalité

Associations & Artistes

Fête de la Sorcière - Comité des Fêtes

Associations

Artistes Peintres

Revue de Presse CCAL - 2017-01


 

Des subventions maintenues

Des demandes de subventions ont été étudiées par la CAL. Certaines sont maintenues par rapport à l’an passé. Deux seulement augmentent par rapport à 2016. Celle des Restos du cœur du bassin de Longwy va passer de 18 000 € à 19 000 €, dans un contexte où les besoins se font toujours plus nombreux.

Afin de pérenniser un troisième poste au sein de l’Office de tourisme, la somme de 120 000 € est accordée, contre 110 000 € l’an passé.

Deux subventions sont votées à l’attention de l’Agape (agence d’urbanisme) : 8 443 € pour l’espace info énergie et 153 564 € dans le cadre de la convention, soit 2,51 centimes d’euros par habitant de la CAL (61 181).

L’École de musique des Lorraines se voit attribuer la somme de 25 000 € dans le cadre d’une convention d’objectifs triennale pour les années 2015 à 2017. L’Harmonie fanfare de Mont-Saint-Martin est soutenue à hauteur de 2000 € et l’association Vibra son à hauteur de 1 000 € pour le Festival rock éco-green et le Festival jazz en sol mineur.

Le collège Vauban voit une aide de 1 300 € reconduite pour le théâtre en langue étrangère avec le White horse theatre (WHT). La somme de 2 000 € pour l’accueil d’une troupe de théâtre anglophone est dédiée au lycée Alfred-Mézières. Le WHT va donner des représentations à la médiathèque intercommunale et organiser des stages théâtraux. Une aide de 750 € a été votée. L’Association pour la promotion des arts et des lettres dans la vallée de l’Alzette (Apalva) va recevoir 1 000 € pour les matinées théâtrales et scolaires. La CAL donne 500 € : pour l’organisation de la Fête de la rhubarbe, à l’AFR de Morfontaine ; pour la Fête de la moto par les Frâlés de Cutry, à Mieux vivre de Gorcy pour la Foire bio et aux Amis du Vieux Longwy, pour l’édition d’une revue sur le Pays-Haut. L’association qui organise le Salon de l’habitat pour les artisans locaux se voit gratifier d’une aide de 600 €.

Mont-Saint-Martin : une nouvelle aire d’accueil pour les gens du voyage

Lors de la réunion de la communauté d’agglomération de Longwy, jeudi soir, les élus ont évoqué à deux reprises le sujet des gens du voyage, concernant la domiciliation de ces derniers et la future aire prévue à Mont-Saint-Martin.

l-aire-d-accueil-des-gens-du-voyage-situee-rue-jean-jaures-est-vouee-a-disparaitre-une-autre-aire-doit-voir-le-jour-sur-le-site-de-l-ancien-cergel-egalement-a-mont-saint-martin-photo-rene-bych-1485538094.jpg

Un sujet qui déchaîne les réseaux sociaux. » C’est ainsi que Christian Ariès, président de la Communauté d’agglomération de Longwy, a présenté le point concernant la demande de subvention pour la future aire d’accueil des gens du voyage de Mont-Saint-Martin. En juin 2014, le conseil communautaire a accepté le déplacement du lieu d’accueil. Actuellement rue Jean-Jaurès, route qui mène au centre commercial Auchan, c’est sur le site de l’ancien Cergel, toujours dans la ville dont Serge De Carli est maire, que les futurs emplacements vont voir le jour. Les travaux, qui devraient démarrer fin 2017, permettront d’augmenter le nombre de places, afin que 30 et non plus seulement 15 familles puissent s’installer.
Cédric Aceti, maire de Cosnes-et-Romain, se demande pourquoi déplacer « la seule qui marche ? La prochaine aura-t-elle tant de succès ? » Il aborde également le coût : « Il aurait été plus judicieux de mettre l’argent dans le développement économique ».
Face aux doutes émis par Cédric Aceti, Christian Ariès, précise que ce transfert « va dans ce sens-là. Il doit permettre à un projet économique et un lotissement » de voir le jour sur « un axe stratégique ». Serge De Carli rappelle que « les gens du voyage sont des hommes, des femmes, comme vous et moi… Ils ont une histoire, il faut bien des lieux pour les accueillir. Peu de communes étaient volontaires pour la sédentarisation et un accueil pérenne des gens du voyage. On dépense un peu pour récupérer derrière. L’argent public est bien utilisé. » Au total le projet coûterait plus de 910 000 €, subventionnés à hauteur de 229 836 € par le conseil départemental, 413 704 € d’autofinancement et donc 275 803 € de DETR 2017 (dotation d’équipement des territoires ruraux), si la demande de subvention est actée.

Un emploi à temps complet

Les gens du voyage ont donc besoin d’un lieu d’accueil mais aussi d’une domiciliation pour recevoir leurs courriers, colis, mais aussi permettre l’accès aux prestations (CAF, CMU), à la scolarisation. La Ville de Mont-Saint-Martin a mis en place un service et a créé un poste à temps complet pour accéder aux nombreuses demandes. La CAL va financer le coût de cet emploi à hauteur de 34 500 €. Un bilan sera effectué afin de vérifier si un temps plein est justifié. Pour Gérard Allieri, maire de Lexy, « il faudrait intégrer la personne à la CAL, ce serait logique puisqu’elle a la compétence ». Mais Christian Ariès précise que ce service « doit être porté par un centre d’action sociale ». Sur Mont-Saint-Martin, 300 personnes sont suivies, trois personnes, dont le directeur du CCAS, travaillent sur ces dossiers. « La Ville porte de nombreuses charges pour les autres communes », rappelle Patrice Marini, 1er adjoint à Mont-Saint-Martin, évoquant l’état civil par exemple. Cédric Aceti évoque des « petits arrangements entre amis ». Jean Huard, maire de Cutry, donne un chiffre, tout simplement : « 0,52 centime d’euros par habitant pour un travail qui concerne l’ensemble de l’agglomération ».
Communauté d’agglomération : triste première…

Mardi soir, l’intercommunalité a tenu sa première réunion, à Rehon, en tant que communauté d’agglomération. Mais les débats ont été court-circuités par le maire de Lexy, Gérard Allieri, hors de lui. Que s’est-il passé ? Ambiance.

mardi-soir-la-question-de-la-competence-transport-aura-ete-la-seule-a-profiter-d-un-reel-debat-au-sein-de-la-toute-nouvelle-communaute-d-agglo-meration-de-longwy-photo-illustration-rene-bych-1483637.jpg

coutumier-des-coups-de-gueule-a-l-encontre-de-la-majorite-gerard-allieri-maire-de-lexy-a-pourtant-fait-preuve-d-une-violence-rare-dans-les-propos-qu-il-a-tenus-mardi-soir-photo-rl-1483637560.jpg
Une séance un peu particulière. » Répondant à l’introduction du président Christian Ariès, la réunion intercommunale de mardi soir aura été spéciale… Mais pas dans le sens qu’imaginait l’élu.

Pour le chapitre inaugural de la communauté d’agglomération de Longwy (CAL), la soirée promettait des débats vifs, forcément politiques, autour d’un ordre du jour court, mais riche de sujets phares : l’assainissement, le golf…

L’esprit des transports

Ou encore les transports. Sur ce thème d’ouverture, c’est le Longovicien Edouard Jacque qui joue les premiers rôles pour l’opposition. En question : l’adhésion de la toute nouvelle CAL au Syndicat mixte des transports de l’agglomération de Longwy (Smitral).

« Je voterai contre, car je considère que l’esprit de la loi NOTRe n’est pas de recréer des syndicats mais de les rationaliser. Si on s’étendait au Pays-Haut/Val d’Alzette ou au Longuyonnais, ça se comprendrait. Là, c’est une erreur monumentale. Nous devenons la première communauté d’agglomération de Meurthe-et-Moselle, mais aussi la première à se dessaisir de sa compétence transport au profit d’un syndicat ! »

En face, le président Ariès place les 33 années d’expérience du syndicat. « Nous sommes d’accord sur la nécessité de développer la compétence transport. Mais pas sur la méthode… » Lors du vote, Edouard Jacque concrétise son désaccord. Il est le seul.

Allieri hors de lui

Le maire de Lexy, Gérard Allieri, entre en scène au moment d’évoquer l’assainissement. Rien d’étonnant, jusque-là.

Le principal opposant au président Ariès dénonce le montant du contrat proposé avec la société Saur pour l’entretien de la station d’épuration de Gorcy… « 85 000 € HT pour un an ? Et pourquoi pas 500 000 € ! Je ne sais pas où passe l’argent… C’est insensé ! Notre station à Lexy ne coûte que 10 000 € par an, sans les produits. En termes de contrat, c’est abusif ! » Le maire lexéen demande un droit de regard sur les conditions du marché, après s’être prononcé contre.

Parmi les délégués, la nouvelle sortie de Gérard Allieri fait naître quelques sourires. Puis la consternation. Et enfin une sorte de malaise, lorsque l’élu sort de ses gonds. « Pauvre présidence, pauvre présidence, pauvre présidence… , martèle l’intéressé, comme une incantation. Ce n’est pas possible qu’on laisse un type comme ça gérer l’intercommunalité ! », s’emporte-t-il à l’encontre du président Ariès. Ce dernier demeure stoïque et poursuit les débats, inaudibles à cause du flot de paroles de son opposant.

Arrive la question des tarifs du golf… « Mais qu’est-ce qu’on en a à foutre du golf ? », s’énerve Gérard Allieri. A bout, Christian Ariès lui intime l’ordre se taire… le faisant redoubler de colère, puis s’en prendre aussi verbalement à José Pluvinet, vice-président en charge du golf intercommunal, avec une violence inédite.

« M. Allieri, est-ce que vous êtes dans un état normal ? », interroge finalement le patron de la CAL. Dans l’assistance, l’ambiance semble écœurer certains délégués. À l’instar de Jean-Marc Duriez, maire de Longlaville, qui quitte la salle avant la fin de la séance.

La première de la communauté d’agglomération vient de se solder par un triste spectacle de trois-quarts d’heure. Que s’est-il passé ? Seul Gérard Allieri le sait…


Date de création : 07/01/2017 @ 15:30
Dernière modification : 11/02/2017 @ 11:57
Catégorie : Revue de Presse CCAL
Page lue 582 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Images au hasard...

Exposition à l'occasion des restitution du chantier 2008

Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
© Skin - Création VracInfo  W3C CSS  Skin adaptation v4.6 - charli77 Skins
^ Haut ^