Municipalité

Associations & Artistes

Fête de la Sorcière - Comité des Fêtes

Associations

Artistes Peintres

Revue de Presse - 2017-10


Le centre aéré à l’heure mexicaine
oubliee-la-pluie-releguees-aux-oubliettes-la-tv-la-tablette-et-la-console-de-jeux-les-enfants-ont-decouvert-les-traditions-d-un-pays-qui-rechauffe-le-coeur-de-par-la-chaleur-de-ses-couleurs-photo-rl-1509206753.jpg
Ce n’est pas parce que la nature a décidé d’arborer sa tenue d’automne que le centre aéré de Fillières a choisi de faire de même.
Oubliées la grisaille ambiante et la pluie, la responsable du centre, Amélie, et Lucie, une animatrice, ont emmené les enfants dans un voyage coloré et pimenté dans un pays d’Amérique du Sud : le Mexique.
Elles ont fait le choix d’aborder au travers la réalisation d’objets simples la célébration de la fête des Morts.
Pas de tristesse au Mexique pour la célébration de ce jour des Morts, bien au contraire. Zoé, Lili, Luca, Roman, Alicia, Joanna, Margot et Charles ont découvert que dans cette partie du monde, ce jour est important et revêt une connotation festive qui se traduit par des offrandes de bonbons, de têtes de morts en sucre et que les Mexicains vont dans les cimetières manger danser, chanter sur les tombes.
Ce n’est pas un jour triste pour eux bien au contraire. Sombreros, toucans, perroquets, cactus, masques des morts, de couleurs vives et éclatantes, le tout réalisé par les enfants, ont vite envahi l’espace du centre.
« On va aussi fabriquer des pinatas, explique Zoé. C’est quelque chose en papier dans lequel on cache des confettis, des bonbons, après on tape dessus avec un bâton et tout tombe. »

Ville-au-Montois: le destin de Clochette pouliche sauvée de l’abattoir
 
Mercredi dernier, lors de leur cross, les écoliers de Fillières et Ville-au-Montois, avaient une spectatrice de choix : Clochette. Une jument, sauvée de l’abattoir, grâce à l’engagement de plusieurs personnes.
de-la-volonte-beaucoup-d-amour-une-grande-part-de-generosite-ont-permis-de-sauver-la-pouliche-d-une-triste-fin-clochette-le-rend-bien-en-encourageant-a-sa-maniere-les-ecoliers-lors-de-leur-cross-photo-rl-150886.jpg
Elle s’appelle Clochette. Elle aurait pu ne pas assister au cross organisé par le regroupement pédagogique intercommunal de Fillières Ville-au-Montois auquel ont pris part une soixantaine d’enfants. Mais voilà le destin et surtout, quelques bonnes âmes, ont fait que Clochette, cette belle ardennaise de cinq ans, a assisté avec un plaisir évident à cette manifestation.
Condamnée… puis sauvée
Clochette était destinée à l’abattoir. Elle appartenait à un couple de fermiers de Moselle. Acculés par les créanciers, les agriculteurs n’ont pas d’autres solutions que de vendre leur troupeau. Une jument et son poulain, alors âgé d’un an, doivent partir à l’abattoir.
C’était sans compter sur la générosité d’un homme que l’idée d’envoyer un poulain à cette mort horrible insupporte : Gérald Burghozer. Il rachète la petite pouliche à ses propriétaires. Oui mais voilà, il lui faut trouver un endroit suffisamment spacieux pour que Clochette puisse s’épanouir, grandir et forcir.
Il se tourne alors vers une jeune femme de Fillières, Nadège Politi, connue pour son engagement envers la cause animale. Nadège prend le destin de Clochette à cœur et n’hésite pas un instant à frapper à toutes les portes afin de trouver un hébergement digne de ce nom pour la jeune pouliche.
Finalement c’est un couple de fermiers de Ville-au-Montois, M. et Mme Mutelet, où Nadège effectue un stage, qui décide d’accueillir Clochette, de lui offrir un toit et surtout une belle surface de pâture afin qu’elle puisse grandir sereinement.
Car si Clochette sort à peine de l’adolescence, grâce à l’amour et aux soins apportés par tous ceux qui ont pris fait et cause pour la sauver, elle va devenir une magnifique jument de type ardennais.
Un projet de refuge
Une belle histoire qui aurait pu mal finir comme pour beaucoup d’animaux mais Nadège, dont le projet est d’ouvrir une structure susceptible d’accueillir des animaux voués à l’abattoir, de les sociabiliser pour les mettre en contact avec des enfants, ne désespère pas : « Le cas de Clochette n’est pas isolé, c’est une chaîne de solidarité qui a permis de la sauver, cela me conforte pour continuer à me battre afin de fonder une structure qui permettrait d’accueillir des chevaux voués à l’abattoir. J’ai fait des stages à la ferme Mutelet afin d’apprendre les besoins et les gestes à savoir pour s’occuper de ces animaux et c’est en échange de mon travail que Clochette est hébergée. »

Taxe foncière : « La neutralité »
Suite à notre article paru ce dimanche 22 octobre au sujet de la taxe foncière, Francis Herbays apporte une précision : « Je n’ai rien à ajouter sur le chiffrage et l’évolution des taxes entre 2011 et 2016, néanmoins le conseil municipal de Fillières a souhaité viser la neutralité fiscale lors de l’entrée de la commune à la Communauté d’agglomération de Longwy, en 2014 », précise le maire. « Pour cela, il a voté une baisse des taux "ménages" de -25 % pour la taxe d’habitation, -12 % pour la taxe sur le foncier bâti et -25 % pour la taxe sur le foncier non-bâti. Le conseil a intégré une baisse significative de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères, passant de 13,55 % (taux communal avant l’entrée à la CCAL) à 5,29 % (Taux de la CCAL) indexée sur la base de la TFB. »
Pour Francis Herbays cela signifie que « globalement les propriétaires d’habitation moyenne ont vu leurs taxes stagner, voire légèrement augmenter ».

Les augmentations les plus fortes
Parmi les hausses les plus importantes de la taxe foncière enregistrées entre 2011 et 2016 (majoration des valeurs locatives comprises) dans le Pays-Haut meurthe-et-mosellan, Tiercelet enregistre la plus forte progression, avec 45,77 %. Pour info, avec 82 % de hausse entre 2011 et 2016, la commune de Rochonvillers (57) est numéro un des communes mosellanes et meurthe-et-mosellanes. Fillières n’est pas loin derrière Tiercelet, avec 42,22 %, suivie de Villers-la-Montagne (38,26 %).
L’explication est somme toute assez simple : au 1er  janvier 2014, plus question pour une commune de rester isolée. Elle a dû intégrer un EPCI (Établissement public de coopération intercommunale). Fillières, Tiercelet et Villers-la-Montagne ont ainsi rejoint la Communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL). Avec une incidence sur les taux de la fiscalité locale. Pour la taxe foncière, les contribuables concernés des trois communes ont ainsi dû s’acquitter de la part intercommunale. À laquelle s’est ajoutée la taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères (TEOM), même si le taux à 5,29 % a représenté une diminution pour chacune des trois communes. À Fillières , par exemple, le taux d’imposition communale sur le foncier bâti a baissé entre 2011 et 2016 (6,13 à 5,39 %). Mais si on ajoute la part intercommunale (6,58 %), à partir de 2014, il est passé à 11,97 % jusqu’en 2016. La combinaison de ces paramètres avec la majoration des valeurs locatives cadastrales explique les hausses importantes de la taxe foncière entre 2011 et 2016 dans ces trois communes.
Dans le Jarnisy et le Rupt-de-Mad , de fortes hausses sont à signaler : Onville, + 70 % ; Villecey-sur-Mad, + 30 %, Tronville, + 26 %, Sponville, + 27,92 %. Des hausses à relativiser dans certains cas, il vaut mieux parler en hausse de points, plutôt qu’en pourcentages, parfois trompeurs.

Un cross solidaire pour soixante écoliers
apres-un-bon-echauffement-assure-par-des-papas-motives-les-grands-se-sont-elances-encourages-par-les-plus-petits-qui-sur-leurs-velos-leur-ont-emboite-le-pas-photo-rl-1508429284.jpg
Ce mercredi d’automne a revêtu une saveur particulière pour tous les élèves du regroupement pédagogique intercommunal de Fillières-Ville-au-Montois.
Oublié le cartable, troqué exceptionnellement pour une paire de baskets (ou un vélo pour les petits) afin de participer à un cross solidaire : « Ce cross est en lien avec le projet d’école, qui porte sur le développement de l’entraide, la coopération entre tous les acteurs de la vie scolaire », explique la directrice de la maternelle de Ville-au-Montois, Cathie Kieffer.
Parents, enfants, municipalité, sans oublier les enseignantes, ont été mis à contribution pour l’organisation de cette manifestation. « Le but, poursuit la directrice, c’est que les enfants se retrouvent aussi tous ensemble en participant à ce cross. Ils sont une soixantaine d’enfants. Les plus endurants parcourent les 5 kilomètres, mais un parcours de 2,5 km a été prévu pour les petits. Ce projet, en préparation depuis la rentrée en collaboration avec les enseignantes de Fillières et le comité de parents d’élèves, s’achève par un goûter préparé par les maternelles. Les enfants reçoivent chacun une médaille, histoire de récompenser l’effort accompli. Vingt-cinq adultes se sont investis dans cette belle action ».
 

 Une démarche globale de prévention

Le conseil municipal de Fillières s’est réuni sous la présidence de Francis Herbays, maire de la commune.
• Abattage-débardage 2017-2018. — L’assemblée accepte les devis de M. Rossignon concernant l’abattage et le devis de la SARL Chêne d’or, pour le débardage et le câblage.
• Cession 2017-2018. — Les membres fixent le prix du stère à 5,50 € TTC en côte et à 8,50 € TTC à plat. Le prix du stère reste inchangé par rapport à l’année dernière.
• Document unique et plan annuel de prévention. — La collectivité de Fillières s’est engagée dans une démarche globale de prévention des risques professionnels, dont l’étape initiale est la réalisation du document unique.
Ce projet a lieu en partenariat avec le centre de gestion de Meurthe-et-Moselle et le Fonds national de prévention qui y apporte une contribution financière sous forme de subvention. Dans le cadre de ce projet, le document unique d’évaluation des risques professionnels et le programme annuel de prévention de la collectivité ont été réalisés pour l’année en cours. Ils seront mis à jour et soumis à l’avis du comité technique chaque année. Le conseil municipal prend connaissance de la réalisation du plan annuel de prévention.
• Rapport de la commission locale d’évaluation des charges transférées "Clect". — Le 1er  janvier 2017, la communauté de communes de l’agglomération de Longwy (CCAL) s’est transformée en communauté d’agglomération (CAL). Dans ce cadre, la CAL a pris de nouvelles compétences et perçoit l’ensemble des recettes de la fiscalité professionnelle unique (FPU). Aussi, afin d’assurer la neutralité budgétaire au moment du transfert, elle doit verser à chaque commune concernée une Attribution de compensation (AC) destinée à équilibrer le différentiel éventuel. Ces attributions constituent une dépense obligatoire.
L’évaluation des charges du présent rapport concerne les compétences transférées en 2017, soit la mobilité et la participation au titre des eaux pluviales (assainissement).
Le rapport a été approuvé à l’unanimité des présents par la Clect réunie le 28 septembre 2017. L’assemblée approuve le rapport de la commission locale d’évaluation des charges transférées.
• Convention de partenariat entre la commune de Fillières et le comité de Meurthe-et-Moselle de la Ligue contre le cancer. —   Les membres autorisent le maire à signer la convention avec le comité de Meurthe-et-Moselle de la Ligue contre le cancer afin de s’associer à l’opération aire de jeux sans tabac.
• Soutien à la proposition de l’AMRF  : « Irma : Les maires ruraux de France solidaires avec les territoires ultramarins ». — Francis Herbays, maire, propose de participer à l’élan de solidarité et d’octroyer une aide financière aux communes sinistrées par l’ouragan Irma.
L’assemblée décide de reverser 150 € sur le compte de la structure Fondation de France.

Date de création : 01/10/2017 @ 11:00
Dernière modification : 05/11/2017 @ 10:34
Catégorie : Revue de Presse
Page lue 320 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Images au hasard...

Photos aériennes de Fillières 1996

Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 3 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
© Skin - Création VracInfo  W3C CSS  Skin adaptation v4.6 - charli77 Skins
^ Haut ^