Municipalité

Fermer Revue de Presse

Fermer Revue de Presse CCAL

Fermer Vivre à Fillières

Fermer Equipe Municipale

Fermer Exploitation Forestière

Fermer Travaux

Fermer Projets

Fermer Ecole

Fermer Vie Sociale et Jeunesse

Associations & Artistes

Fermer Fête de la Sorcière - Comité des Fêtes

Fermer Associations

Fermer Artistes Peintres

Revue de Presse - 2012-02


 

« Se lever de bonheur »

 

Un projet sur le bonheur, vu par le regard des enfants est mis en place dans les structures extra-scolaires du département ; il se concrétisera par une exposition des réalisations

Les animateurs des structures extra-scolaires ont participé   à la première réunion du projet.

 

La Ligue de l’enseignement a mis en place le dispositif « Tous pareils, tous différents » dans le département. Il s’adresse aux enfants fréquentant les centres de loisirs. Pour sa 14 eédition, ce projet d’incitation à la lecture et à l’écriture dans les temps extra et péri scolaires coordonné par la direction départementale de la cohésion sociale de Meurthe-et-Moselle, service jeunesse, éducation populaire et sport et la Ligue de l’enseignement 54, pose son regard vers les territoires du bonheur afin de tracer une voie dans ce qui apporte charme, joie et plaisir dans la vie, « Se lever de bonheur ».

Si la notion est connue des enfants, ils l’interprètent à leur façon et ne savent pas toujours l’exprimer. Pour aider les animateurs des centres intéressés par le projet, Josée Imbert et Sylvie Maso-Lohner, coordinatrices Fol les ont réunis au foyer Bouillon à Villerupt. Quinze personnes étaient présentes, représentant les structures périscolaires et « Lire et faire lire » de Ville-au-Montois, Piennes, Cutry, Fillières, Villers-la-Montagne, Villerupt, Thil.

Lecture, écriture, art

Plusieurs pistes de travail ont été évoquées, en relation avec la lecture, l’écriture et les arts plastiques : inciter les enfants à lire des livres sur cette thématique, créer un texte accompagné d’illustrations, créer un abécédaire du bonheur, une page de journal ou d’un magazine, des créations artistiques où les enfants pourront symboliser l’état de bonheur en se laissant aller à leurs rêves à travers des volumes et des couleurs. Mais pour bien cerner le sujet, encore faut-il définir ce qu’est le bonheur. Nicole Granger, professeur agrégée de lettres modernes a présenté des pistes de réflexion et aidé les participants à cerner la notion. Le bonheur, « état de celui qui est heureux », d’après le dictionnaire est un mot utilisé à partir du XVIII e siècle, auparavant, on parlait de gloire, de justice, d’amour. De nombreuses chansons traitent du bonheur sous l’angle d’un sentiment fugitif, les poètes aussi l’ont abordé, tous connaissent celui de Paul Fort : « le bonheur est dans le pré, cours y vite, il va filer ».

Josée Imbert a établi une liste de livres, documentaires, poèmes et albums sélectionnés à la bibliothèque médiathèque de Nancy et pouvant servir de supports pour les enfants. L’an dernier, le projet « tous pareils, tous différents » a inspiré les enfants de plusieurs structures locales ; leurs réalisations ont été rassemblées sous la forme d’un grand-livre géant, que Sylvie Maso-Lohner a présenté lors de la réunion.

Longwy city rockers : toute la richesse de la ville

Les Présumés coupables sont les invités de dernière minute de la compilation Longwy city rockers, qui sortira dans quelques jours.  Photo d’archives

L a compilation est prête, et la pochette est terminée. On est sur les formalités administratives. Elle devrait sortir à la fin du mois, ou au début de l’autre. »

Pierre Ananicz, l’un de ceux qui a porté le projet Longwy city rockers, est impatient de voir le résultat de ces deux années de travail. «  Ça émanait d’une demande des groupes qui répétaient au centre social Blanche-Haye. Ils voulaient se produire sur scène. Puis l’idée est venue de mettre de l’argent de côté pour en faire un disque. On a débuté nos actions en mars 2010, par un premier concert de financement. Il y en a eu cinq autres dans la foulée. C’est une belle réussite. »

Il a fallu franchir de nombreux obstacles pour en arriver là, et notamment celui du budget, qui s’élève au final à un peu plus de 6 000 €. «  On a gratté des sous ici ou là, et on a été vraiment épaulés, par le studio 18 Bis production de Grand-Failly, où quelques-uns des groupes ont enregistré, mais aussi par Radio Aria, qui passe régulièrement des titres de la compilation et parle de l’album, par l’association Un poisson dans l’désert, et par le bar L’Appartement, qui ont un peu financé l’ensemble. » Cinq cents exemplaires du disque seront pressés, dont 150 à 200 ont déjà trouvé preneur, en souscription. «  On retrouvera dessus 17 groupes, qui sont aptes à faire des concerts et à se produire. C’était une des conditions pour y figurer. Certains sont restés sur la touche, on n’a pas tout le monde, mais on en a déjà pas mal. C’est une photographie à l’instant T de la richesse, de la variété, de la créativité du paysage musical longovicien. »

« Il y a de la vie musicale ici »

Ceux qui pensaient que la ville avait perdu de son dynamisme artistique en sont pour leur frais. «  Certains titres sont de beaux hommages à Longwy, à son histoire. On a tous les styles : du grunge, du rock, du métal, du flamenco, du ska etc. C’est parfois festif, parfois plus sombre. Ce sont des compositions, créées pour l’occasion ou non, comme pour Kader Fahem ou Thierry Cordier. Certains niveaux de production sont très poussés. On voulait de la qualité, on l’a. Il semblerait qu’il y ait de la vie ici, même si parfois ça ne se voit pas. Il faudrait que les élus se bougent d’ailleurs, comme à Longlaville et leur salle par exemple. »

Des concerts de promotion

Pierre Ananicz ne cite pas cette commune par hasard. Car c’est à l’espace Jean-Ferrat, dans la superbe nouvelle salle, que le premier concert de sortie de la compilation Longwy city rockers devrait avoir lieu. «  On attend la sortie officielle. On est en négociation pour la date du 7 avril, avec dans la programmation Les Clefs du bar, Restricted Area, The Flash, Projet B et Riot gun. On espère ensuite se produire deux ou trois autres fois, à Fillières par exemple, ou lors de la Fête de la musique », explique celui qui prend place dans la liste des groupes avec Freya star.

Longwy city rockers est disponible en souscription au prix de 10 € jusqu’à la fin du mois, au centre social, à Radio aria, à l’office de tourisme, au bar L’Appartement ou à l’agence du Républicain lorrain. Ensuite, son prix passera à 13 €.

«  Dans tous les cas, ça restera une belle aventure. Des amitiés sont nées. Un collectif s’est créé. »

Un devoir de mémoire

Agir pour le Patrimoine et la Connaissance, les anciens combattants de Fillières préparent activement le 100 ème anniversaire de la Bataille de Fillières

Le premier recueil achevé a fait l’objet d’une relecture attentive de la part de toutes les personnes impliquées pour  que le sacrifice de ces jeunes hommes pour la liberté  ne soit pas vain et ne tombe pas dans l’oubli.  Photo RL.

Le 22 août 2014 sera célébré le 100 e anniversaire de la bataille des Frontières. Si à partir de septembre 1914, tout le monde a les yeux fixés sur la bataille de la Marne et quatre années durant sur Verdun, la bataille des Frontières du mois d’août, et en particulier la journée du 22, reste cantonnée à l’échelle des régions frontalières. Pourtant, il faut rappeler que cette journée a été la plus meurtrière de l’histoire : 27 000 morts militaires.

C’est pour cette raison, et afin de maintenir le souvenir des combattants, qu’en coordination avec la section des Anciens combattants de Fillières et environs et des élus des communes concernées que l’association Agir pour le patrimoine et la connaissance prépare conjointement la commémoration du centenaire de la bataille de Joppécourt-Fillières.

Une rencontre

C’est une rencontre déterminante qui a incité Michel Lenoir, président de l’association Agir pour le patrimoine et la connaissance, à se pencher sur cette période dramatique qui a secoué la région. « J’ai rencontré Rémi Bécourt-Foch, l’arrière petit-fils du maréchal et petit-fils du capitaine Paul Bécourt qui a trouvé la mort au champ d’honneur au lieu-dit Chanois lors de la bataille Joppécourt-Fillières du 22 août 1914. Celui-ci était venu en pèlerinage dans la région où son grand-père a été tué. Il m’a interrogé sur une action à mener pour le centenaire de la bataille des Frontières. À partir de ce moment tout s’est enchaîné très vite », raconte-il. Les deux associations décident alors de se pencher sur cet événement. Et depuis un an, une trentaine de personnes se sont retrouvées régulièrement afin de rassembler le plus de documents possibles et de travailler sur les événements de cette journée du 22 août 1914. De cette première année de travail est né un premier recueil qui sera, après correction, édité prochainement.

Des compétences pour la mémoire

Ce premier recueil, d’une quarantaine de pages, relate tous les événements survenus lors du mois d’août 1914. Il retrace jour par jour et heure par heure l’affrontement des deux armées en présence avec force détails. « Deux autres recueils feront prochainement suite au premier. Le deuxième, pratiquement achevé, relatera les actes d’héroïsme militaires. Quant au troisième recueil, il réunira tous les témoignages de la population civ ile », explique Michel Lenoir. Un travail de titan réalisé par un groupe d’hommes passionnés, qui ont à cœur que le sacrifice de ces jeunes hommes pour la liberté ne soit pas vain et ne tombe pas dans l’oubli.

L’association Agir pour le patrimoine et la connaissance recherche un informaticien capable de travailler sur une carte d’État-major pour y positionner l’avancement des armées. Elle recherche également une personne capable de réaliser une maquette (1 m/1 m) du champ de bataille, seule ou en collaboration avec les membres de l’association.

Pour toutes informations supplémentaires : 03 82 25 01 16.

 
 

Et bonne année quand même !

Le député Christian Eckert a présenté ses vœux dans sa ville de Trieux mercredi soir. Devant une assistance nombreuse, il a mis en avant les problèmes actuels.

 

La salle Georges-Brassens de Trieux était noire de monde pour les vœux du député Eckert. Un élu visiblement pessimiste pour les mois à venir.  Photo Frédéric LECOCQ

 

La Maison pour tous Georges-Brassens de Trieux était tout simplement bondée, mercredi soir, pour les vœux du député Christian Eckert. Dans la salle, de nombreux habitants bien sûr, sans oublier les maires des communes des alentours.

On notait aussi la présence des conseillers régionaux Rachel Thomas et Jean-Marc Fournel (qui est également le suppléant de Christian Eckert à l’Assemblée) ainsi que celle de Francis Herbays, maire de Fillières et assistant parlementaire de celui qui est désormais aux côtés de François Hollande dans la campagne présidentielle. Alors bien sûr, Christian Eckert a mis en avant trois thèmes, la santé, l’emploi et l’école qui, même s’il les a transposés au niveau local, seront largement repris ces prochains mois par les candidats dans la course à l’Élysée.

Inquiétude pour le lycée Henri-Wallon de Villerupt

L’école par exemple : « Si nous ne prenons pas garde, on va foutre en l’air ce que l’on a construit sur plusieurs siècles. Comment peut-on faire mieuxavec moins d’enseignants ? Si on n’en prend pas conscience, on va droit dans le mur. J’enchaîne sur les lycées : j’ai une grosse inquiétude pour le LPR Henri-Wallon à Villerupt. »

Christian Eckert est également tourmenté par la « disparition des Rased (Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté). » Il n’a pas non plus manqué de rappeler ce chiffre : « On a supprimé 150 000 fonctionnaires et on s’en glorifie. Il y a des services en moins et on dit que c’est formidable. Le budget 2012, c’est pareil ! »

Le député de la 3 e circonscription de Meurthe-et-Moselle n’est pas pour autant optimiste pour la suite : « Tout le monde dit que le ciel s’éclaircira au mois de juin. Je ne pense pas. »

Christian Eckert a néanmoins conclu : « On va quand même se resouhaiter une bonne année mais on va surtout prendre un pot ensemble car on a assez parlé. »

 


Date de création : 19/02/2012 @ 09:44
Dernière modification : 22/02/2012 @ 18:03
Catégorie : Revue de Presse
Page lue 2251 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Images au hasard...

Concert Fogny - Madin H Juillet 2007

Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 5 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
© Skin - Création VracInfo  W3C CSS  Skin adaptation v4.6 - charli77 Skins
^ Haut ^