Municipalité

Fermer Revue de Presse

Fermer Revue de Presse CCAL

Fermer Vivre à Fillières

Fermer Equipe Municipale

Fermer Exploitation Forestière

Fermer Travaux

Fermer Projets

Fermer Ecole

Fermer Vie Sociale et Jeunesse

Associations & Artistes

Fermer Fête de la Sorcière - Comité des Fêtes

Fermer Associations

Fermer Artistes Peintres

Revue de Presse - 2012-04


 

Les éoliennes sortent de terre

Deux grues gigantesques, plus d’une dizaine d’employés et quatre éoliennes qui partent à l’assaut du ciel. À Fillières, les filles d’Eole sont en cours d’assemblage. Elles devraient être en service à la mi-juillet.

Pour assembler les 150 tonnes qui composent chaque éolienne de Fillières,  deux grues de 700 tonnes sont nécessaires.  Photo Étienne JAMINET.

Depuis plus d’une semaine, les éoliennes de Fillières sortent de terre. Leur objectif : conquérir le ciel. Et plus exactement, apprivoiser le vent. «  Nos éoliennes tournent à 80 %, dont 30 à pleine puissance, assure Thomas Ferry, qui gère leur installation pour Nordex, société spécialisée dans le développement de projet éolien. Nous effectuons une maintenance tous les six mois, mais notre règle, c’est qu’elles soient fonctionnelles au minimum 97 % du temps. »

Mais avant de produire de l’énergie, le site de Fillières devrait permettre l’équivalent d’une alimentation de 2 000 foyers en chauffage, encore faut-il ériger les éoliennes. Et là encore, Eole à son mot à dire. «  Nous avons dû composer avec la météo, car au-dessus de 10 m/s, soit 45 km/h, nous ne pouvons rien monter », explique Thomas Ferry.

150 t dans le vent

L’assemblage mécanique de l’éolienne comporte plusieurs phases qui s’effectuent en moyenne en un jour et demi par machine. En chiffre, une éolienne représente 80 m de moyeux et 45 m par pale. Dix monteurs et deux grues sont nécessaires pour hisser et assembler la nacelle de 55 t, le multiplicateur de 45 t, le rotor de 50 t et chaque pale de 10 t.

La semaine prochaine, les éoliennes devraient toutes être dans le vent. Mais il restera la finition, le câblage, les réglages et le rodage à effectuer. La mise en service définitive ne devrait intervenir qu’à la mi-juillet.

Huit ans plus tard…

Soit demain à l’échelle du projet qui a démarré en… 2003. C’est en effet à cette époque que la commune a été sollicitée par un développeur de parc éolien. Discussion avec la population, avec les autorités compétentes, dont la Direction générale de l’aviation civile pour éviter que les éoliennes ne soient trop proches de l’aérodrome de Serrouville, ou encore du périmètre de protection de la base aérienne d’Etain-Rouvres… Après diverses péripéties administratives, le permis de construire est accepté en 2008. Malheureusement, cette fois c’est Nordex qui a d’autres parcs éoliens sous le vent. Puis quelques ajustements sur le terrain repoussent encore l’installation. Finalement, en 2011, Nordex obtient les autorisations nécessaires. Les travaux débutent en octobre 2011. Désormais, quatre éoliennes s’érigent sur le ban communal de Fillières (deux sur des terrains appartenant à la commune et deux sur des parcelles privées).

Jeunes électeurs

C’est Amélie qui la première a signé sa carte d’électeur, un juste retour des choses quand on sait que le droit de vote des femmes date de 1945. Photo RL
Les prochaines élections présidentielles ont été l’occasion pour Francis Herbays, maire de Fillières, de remettre de façon officielle leurs premières cartes d’électeurs à neuf de ses administrés. Marc, Aurélien, Amélie ainsi que Maxime, ayant tous fêté leurs 18 ans fin 2011 pour certains, n’ont pas hésité à répondre à l’invitation du 1 er magistrat. Si Marc, Aurélien ou Amélie ne se sentent pas très concernés par la politique, Maxime reste quant à lui, bien au fait des dates marquantes qui vont dans les prochaines semaines rappeler les Français aux urnes : « La politique ne m’intéresse pas vraiment, je regarde les débats mais je n’ai pas trop d’idées sur le candidat à voter le 22 avril prochain. » En leur remettant leur carte d’électeur, Francis Herbays leur a rappelé que le vote était un devoir, même s’il n’était pas obligatoire : « A Fillières, il y a 347 électeurs, et vous êtes neuf à recevoir votre première carte électorale. Après les présidentielles qui se dérouleront sur deux tours, les 22 avril et 6 mai, précise-t-il, ce sera le tour des législatives les 10 et 17 juin, nous élirons les députés qui sont au nombre de 577, avec cette année une nouveauté puisque pour la première fois, il y aura des députés représentants les Français à l’étranger. C’est avec un immense plaisir que je vous reçois donc aujourd’hui pour vous remettre cette carte d’électeur, mon message sera le suivant : allez voter. »

La chasse des gourmands

Il fallait trouver quatre œufs en plâtre pour avoir du bon chocolat.

Pour la deuxième année consécutive, le comité des fêtes de Fillières a organisé une chasse aux œufs en ce lundi de Pâques. Malgré le temps pluvieux, de nombreux enfants ont participé à cette animation. Durant toute la matinée, petits et grands ont cherché des œufs en plâtre sur un périmètre délimité autour de l’église du village. « Nous aurions dû organiser cette course sur le terrain des sports, explique Evelyne Casel, présidente du comité des fêtes, mais en raison du temps, nous avons préféré nous retrouver autour de l’église. »

Les enfants, venus avec des sachets ou des paniers, devaient trouver au minimum quatre œufs de couleur en plâtre afin de pouvoir retirer un sachet de chocolats auprès des organisateurs. Les plus gourmands sont partis à la recherche d’œufs noirs qu’ils ont pu échanger contre un gros œuf en chocolat.

 

Site des éoliennes : les fondations sont coulées

« Après séchage, les fondations seront recouvertes de terre », explique le chef de chantier, Franck Brault.
Les fondations des quatre éoliennes de Fillières ont été coulées. Dans le courant du mois d’avril, les structures seront installées sur le site.  Photos Samuel MOREAU

pas moins de 384 mètres cubes de béton… Voilà un cocon imposant pour les fondations des quatre éoliennes qui prendront place dans peu de temps du côté de Fillières.

Pendant plusieurs jours, le ballet de camions spécialisés en transport de béton n’a pas cessé sur le site. « Nous avons coulé les dernières fondations, explique Franck Brault, responsable du chantier de Fillières. En général, on commence assez tôt le matin, vers 6 h. Une fois le béton déversé, il faut lisser, talocher. Cela peut prendre toute une journée. »

Environ 36 tonnes de fer à béton ont été nécessaires pour donner corps aux fondations, qui seront ensuite recouvertes de terre. « Il faudra respecter un temps de séchage avant cette opération », poursuit Franck Brault. Plus d’une vingtaine de jours qui permettront au béton de se solidifier complètement.

Encore du travail…

Les mâts, les nacelles, les pales, etc. seront livrées dans la foulée pour être montés. « Les opérations pourraient débuter au début du mois d’avril, continue le responsable. C’est à peu près ce qui était prévu, malgré un léger retard dû à la période de dégel. Nous avons été obligés d’arrêter le chantier pendant trois semaines. » Pas de quoi inquiéter le conseil municipal, qui ne cache pas son enthousiasme de voir ce projet, se réaliser enfin. « Ce dossier a été longuement préparé, confie Francis Herbays, maire de Fillières. Depuis la fin 2003, nous avons connu pas mal de soubresauts, il y a eu les soucis d’autorisation en raison de l’implantation de l’aérodrome, la crise économique, les problèmes de sol… Aujourd’hui, tout cela est derrière nous et les habitants ont bien accueilli le projet. Quatre réunions d’informations nous ont permis d’échanger et d’informer les gens. De plus, nous avons pris des précautions supplémentaires en demandant que le site des éoliennes se trouve assez loin des habitations. »

Curieux et soucieux des travaux qui se déroulent au niveau de leur commune, de nombreux habitants se sont rendus sur le chantier afin de discuter avec l’équipe d’ouvriers. « Je suis allé sur le site à plusieurs reprises, j’ai vu des gens qui se baladaient le dimanche par curiosité. Je pense que cet endroit pourrait même devenir un lieu de promenade », continue Francis Herbays.

… et du spectacle !

Pour autant, le spectacle ne fait que commencer puisqu’une super-grue sera acheminée au début du mois d’avril pour assembler les différents éléments des éoliennes. « Nous essayerons dans la mesure du possible de faire venir des écoliers sur place pour leur expliquer le fonctionnement des machines », projette le maire, qui se doute bien que les enfants ne seront pas les seuls spectateurs lors de cette étape impressionnante.

S. N. 

 

Les éoliennes seront bientôt là

Photo Samuel MOREAU

Dernière ligne droite pour les éoliennes de Fillières. Les ouvriers de la société Nordex ont coulé les fondations des quatre structures. Après plusieurs semaines de séchage, le site accueillera les différentes composantes des ambassadrices d’Eole, probablement à la mi-avril. Déjà, les lieux font office de promenades pour les curieux.

 

Urbanisme : préserver le village

Le maire ainsi que les représentants de l’Agape ont répondu avec clarté aux diverses interrogations que les Fagnats n’ont pas manqué de poser.  Photo RL

Ceinturé par un chemin de ronde avec ses usoirs, sa couronne de vergers, ses nombreux chemins ruraux, ses terres de culture, Fillières a gardé toute son identité rurale, tout en étant à proximité d’une zone d’activité, à savoir le Luxembourg. La commune réunit ainsi toutes les conditions idéales de résidence tout en conservant une caractéristique recherchée de plus en plus pour des personnes en quête d’une qualité de vie, une authenticité. Mais afin de préserver toutes ces qualités qui donnent à Fillières son caractère unique, la municipalité doit se montrer vigilante pour éviter les erreurs qui pourraient défigurer à jamais le charme du village d’où le Plu. Le Plan local d’urbanisme étant un outil au service du développement de la commune qui s’articule autour de trois lois. C’est aussi un document de planification urbaine, globale et stratégique, opérationnel et prospectif qui exprime une vision globale d’aménagement. Il s’applique à l’ensemble du territoire de la commune et prévoit, organise l’avenir du territoire, dessine la géographie de la ville de demain. C’est aussi un document réglementaire d’urbanisme qui définit et réglemente l’usage des sols sur l’ensemble du territoire, par zone. Il détermine les droits à construire de chaque parcelle publique ou privée.

La transparence

Une trentaine de personnes ont répondu à l’invitation de la municipalité afin de découvrir les premières grandes lignes du Plu. « Selon une procédure mise en place dès le 29 mai 2009, le choix a été fait par le conseil municipal de confier cette étude à l’agence d’urbanisme et de développement durable Lorraine Nord, annonce Francis Herbays, maire de Fillières Sur la démarche, nous avons souhaité la coordonner avec l’étude de zonage de l’assainissement, l’objectif étant d’en réduire les coûts. Nous avons établi en amont un certain nombre de rencontres formelles et informelles avec la chambre de l’agriculture ainsi qu’une rencontre avec les agriculteurs. Un premier travail sur le PADD a été élaboré , rappelle le maire. Nous avons mené le projet éolien en étant dans la transparence complète, ce sera la même démarche avec le Plu, insiste Francis Herbays. À savoirque le document sera présenté à la population, nous sommes sur une planification de 15- 20 ans. Nous savons, poursuit Francis Herbays, qu’il y aura inévitablement des mutations, mais ce soir nous découvrons le premier jet du travail de l’Agape ». Lequel a été présenté par les représentants de l’Agape, Gérard Matusak et Julien Schmitt.

 

Date de création : 07/04/2012 @ 09:19
Dernière modification : 13/05/2012 @ 16:23
Catégorie : Revue de Presse
Page lue 2071 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Images au hasard...

Gadiobé, Chantier 2010

Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 5 membres


Connectés :

( personne )
Webmaster - Infos
© Skin - Création VracInfo  W3C CSS  Skin adaptation v4.6 - charli77 Skins
^ Haut ^